Actualités Biographie Filmographie Théâtre Télévision Presse Articles de presse sur le film «Ouaga Saga» Articles de presse sur le film «Sia, le rêve du python» Articles de presse sur le film «Keïta! l'héritage du griot» Articles de presse sur l'oeuvre et les activités de Dani Kouyaté Contact Liens
Plan du site À propos de ce site
 

Dani Kouyaté vu par la presse

Retour à la page presse

Interview de Dani Kouyaté à propos de son travail de formateur dans le cadre de la première édition des Récréatrales (du 1er mai au 30 juin 2002 - Ouagadougou, Burkina-Faso)

Pourquoi avoir accepté d'être formateur dans le cadre des Récréatrales?
C'est d'abord un vrai plaisir de travailler au Burkina Faso, chez moi, même si cela est relativement rare. Je donne l'essentiel de mes stages en Europe. C'est toujours passionnant pour moi de partager mon expérience avec des acteurs africains en Afrique. En outre, j'ai été contacté par Etienne Minoungou, qui est un «frère» artiste que j'avais employé comme acteur dans un épisode de la série «A nous la Vie»: le plaisir est d'autant plus grand que l'initiative vient de l'intérieur.

Quels sont les axes de votre travail?
Je fais essentiellement des exercices sur la disponibilité, la présence, la spontanéité, la prise d'initiative, l'engagement, la lutte contre la peur et le sentiment de culpabilité. Car c'est cela qui tue l'artiste. On se sent toujours coupable, on a peur de mal faire et ça bloque notre engagement, ça casse notre liberté. Or, il faut au contraire rechercher sa propre liberté, accepter ses défauts et prendre conscience de ses qualités. Nous avons chacun nos qualités et nos défauts. Ces derniers ne doivent pas être une prison. Si on les reconnaît, si on les repère, on peut jouer avec et en faire des espèces de qualités artistiques. C'est là dessus que je travaille: il n'y a pas d'erreur, l'erreur est humaine et l'art humain. Tout se transforme. Donc il n'y a pas d'erreur si cela est pris en charge et assumé. C'est très difficile de faire ce travail car l'on est toujours dans la culpabilité envers soi-même ou envers les autres et ce n'est pas évident de sortir de cela.

Vos ateliers débutent par une demi-heure de danse accompagnée par des percussionnistes. Est-ce important pour vous cette base culturelle africaine?
Que ce soit en Europe ou en Afrique, je travaille de la même manière. En matière de disponibilité, de corps, d'esprit, de parole, de voix, il n'y a pas de frontière culturelle en tant que telle. Il se trouve qu'en Afrique, de façon naturelle et vivante, nous avons tout cela. Il faut en prendre conscience car c'est pour nous tellement quotidien qu'on ne se rend pas compte qu'on peut utiliser cette matière dans le travail. Autour de nous, nous avons tous les éléments pour nous maintenir, nous exercer, nous réveiller et nous éveiller à l'art. Ces éléments sont universels pour ce qui est de leurs effets sur un acteur.
Lorsque je travaille là dessus en Europe, c'est une chance incroyable pour les comédiens car c'est très loin d'eux. Mais ici, c'est plutôt une prise de conscience de ce qui nous entoure, qui paraît simple et qui pourtant est notre outil de travail. C'est un héritage culturel dont il faut être conscient. L'art est vivant, le théâtre est vivant et le terrain africain est plus que jamais vivant. Tout est vie ici. C'est tellement triste de voir un spectacle africain mort alors même que la quotidienneté est vie: un acteur qui monte sur scène et devient mort tout simplement parce qu'il s'enferme dans des valeurs et des schémas qui ne sont pas les nôtres et qui parfois sont décalés. Il y a tellement de spectacles ici qui n'utilisent ni le rythme, ni le chant, ni la musique, qui sont des espèces de reproduction des spectacles à l'italienne, des mauvaises copies. Pourtant, on a tout sur le terrain pour faire des choses vivantes. Il faut en être conscient.

On parle d'une crise du théâtre africain contemporain. Est-ce votre opinion?
Je ne suis pas expert en théâtre car je suis plus impliqué dans le cinéma que dans le théâtre en Afrique. Mais il me semble que dans un domaine comme dans l'autre, on a de plus en plus conscience de nos propres valeurs en matière de création. Tant que l'on fera de mauvaises copies du théâtre occidental, on sera toujours à côté de la plaque. Récemment, j'ai été très admiratif de l'Imako Teatri de Côte d'Ivoire dont le travail plonge ses racines dans la terre africaine. Bien avant, Souleymane Koly avait déjà ouvert cette voie avec son théâtre populaire Kotéba. Ici, au Burkina, j'attends encore un peu ça.

La question de la formation de l'acteur pose-t-elle problème au cinéma comme au théâtre?
C'est un problème crucial dans les deux domaines. Au théâtre comme au cinéma, on a besoin de l'acteur, de sa compétence, de sa disponibilité: c'est lui, la matière première. Or, c'est Au cinéma, nous travaillons beaucoup avec les comédiens de théâtre. Les acteurs dont nous disposons viennent à 90% du théâtre. Malheureusement, il y a très peu de réalisateurs qui, comme moi, font aussi du théâtre. Pourtant, le théâtre est une excellente école pour l'acteur comme pour le metteur en scène. Discuter, réfléchir avec un comédien, diriger un acteur, ça s'apprend. Le théâtre, nécessitant un dispositif économique moindre que celui du cinéma, permet de malaxer davantage la matière, que ce soit le texte ou le jeu du comédien. Le théâtre permet de se former sans poser trop de problèmes d'argent. Au cinéma, la question de la formation de l'acteur est un cercle vicieux: pour faire des films il faut avoir des acteurs et pour avoir des acteurs, il faut faire des films. Mais je crois que plus sérieusement, la question de l'acteur a longtemps été négligée au cinéma. Beaucoup de réalisateurs ont du mal à comprendre aujourd'hui encore que le cinéma commence par l'acteur. Ils n'est pas rare de voir des réalisateurs choisir leurs comédiens quasiment la veille du tournage. Au plan financier, lorsqu'il faut réduire un budget, un réalisateur n'hésite pas renoncer à un acteur qui lui demande trop cher. Il privilégie la gestion de son argent par rapport à la qualité artistique de son film. Au nord, le casting est l'un des éléments primordiaux du cinéma. En Afrique, c'est la dernière chose. Il faut rectifier cela.

Etes-vous prêt à vous investir dans un projet pérenne de formation de l'acteur en Afrique?
Il y a quelques mois, j'ai créé avec des amis et collaborateurs italiens du Théâtre du Soleil de Milan un centre de formation de l'acteur à Bobo Dioulasso. Avec mes frères, nous avons aussi ouvert dans cette même ville, dans une cour qui appartenait à notre grand-père, un centre socio-culturel. Là, nous accueillons des spectacles en résidence, essayons de former des jeunes. Même si mes activités me laissent peu de temps, je crois que c'est important de mettre en place des structures, des outils de formation. Le problème, c'est que je n'ai eu aucune subvention de l'Etat pour monter ces centres.

Quel bilan tirez-vous de ces dix jours d'atelier?
C'est difficile de tirer un bilan en matière artistique. Mais ce qui est sûr, c'est que cette expérience est très intéressante. L'échange a été réciproque. Pour les jeunes comédiens et auteurs ici présents, ils ont une opportunité unique de travailler. Même s'ils n'ont pas beaucoup d'expérience, ils sont très disponibles et peuvent tous donner des choses intéressantes s'ils sont bien encadrés et dirigés. A leur tour ils m'ont apporté leurs expériences, leurs défauts et leurs qualités qui sont pour moi autant de sujets de réflexion.
Les Récréatrales inaugurent une formule tout à fait originale, unique en Afrique. Par delà le résultat final, je que souhaite évidemment concluant, c'est vraiment une initiative à renouveler.

Propos recueillis par Ayoko Mensah
www.africultures.com

Retour à la page presse

Recommander ce site à un amiImprimer cette page
Page générée en: 0.0001 seconde(s) Haut de la page actualités | biographie | filmographie | théâtre | télévision | presse | contact | liens
plan du site | à propos de ce site
Cette page a été actualisée la dernière fois le: 01.01.1970