Actualités Biographie Filmographie Théâtre Télévision Presse Articles de presse sur le film «Ouaga Saga» Articles de presse sur le film «Sia, le rêve du python» Articles de presse sur le film «Keïta! l'héritage du griot» Articles de presse sur l'oeuvre et les activités de Dani Kouyaté Contact Liens
Plan du site À propos de ce site
 

Dani Kouyaté vu par la presse

Retour à la page presse

La Guilde Africaine des Réalisateurs et Producteurs – France – n° 4 – mai 2001
Propos de Dani Kouyaté sur son travail et sur le cinéma africain

  ... Pourquoi je m'interesse tant à la dramaturgie orale?
A mon sens, si l'Afrique doit apporter sa part de danse à la ronde universelle à laquelle chaque civilisation apporte sa danse propre, la richesse technique et thématique de la dramaturgie orale peut nous y aider. Elle contient de nombreux moyens d'expression: chansons et danses, mythes, légendes et contes, récitations rythmées, rites avec tous les accessoires (ornements, vêtements, artefacts et images visuelles...).
Je m'attarderai seulement sur l'un de ces éléments: le conte. À regarder de près le conte on peut y déceler au moins deux aspects intéressants pour la création cinématographique. Avant tout le conte se veut récréatif. Le but du conteur c'est de distraire, d'intéresser à tout prix son auditoire. Le bon conteur sait capter l'attention de son auditoire. Il manie avec art l'humour, le portrait, hyperbole... Le diable pour lui, c'est l'ennui. Par ailleurs le conte se donne pour tâche de satisfaire la curiosité intellectuelle de l'Homme, d'assouvir sa soif de questionnements... Les contes ne visent pas que le divertissement. Ils sont rarement gratuits. Là, le fond retrouve la forme. Nous pouvons donc divertir sans perdre notre engagement...

Ces dernières années, nous avons assisté à une excitation des points de vue sur le genre de cinéma que l'Afrique doit produire... Il faut désormais, disent certains «penseurs», faire des films urbains, modernes, le reste n'étant que «de la calebasse»... Le «cinéma calebasse» pour moi, c'est tout simplement le cinéma qui ennuie. Qu'il soit villageois ou urbain. Le «cinéma calebasse», ce sont les scénarios inaboutis, les distributions faites à la veille des tournages, l'absence de direction d'acteurs... Le manque de rigueur professionnelle qui caractérise encore souvent notre travail... La polémique de la calebasse est un vrai faux problème. Il faut du tout pour faire un monde. On ne doit pas canaliser les univers des artistes créateurs vers un genre ou un autre.

Les artistes ne sont pas une bande de moutons... Ce qui est lamentable, c'est le mimétisme aliénant, le manque de personnalité, de caractère propre. L'assimilation à l'Occident est triste, mais il ne faut pas pour autant dormir sur les lauriers des ancêtres car, nous disaient-ils eux-mêmes: «Si le rythme du tam-tam change, le pas de danse doit s'y adapter».

Dani Kouyaté

Retour à la page presse

Recommander ce site à un amiImprimer cette page
Page générée en: 0.0001 seconde(s) Haut de la page actualités | biographie | filmographie | théâtre | télévision | presse | contact | liens
plan du site | à propos de ce site
Cette page a été actualisée la dernière fois le: 01.01.1970